Dimanche 12 août 2018

19e dimanche du temps ordinaire B

dom Paul-Irénée FRANSEN

«  Fils de Joseph ». Pour ses contemporains Jésus est donc bien l’un des leurs ; ils savent qu’il est de Nazareth, qu’il est un artisan, qu’on l’a vu grandir, fréquenter la petite synagogue avec ses compagnons, grandir au foyer de Marie et de Joseph.

Jésus lui-même se montre aussi comme l’un des leurs ; dans son enseignement  il ne cesse d’évoquer leur histoire, l’histoire de son Peuple Israël,  et, en particulier les grands faits de l’Exode qui sont au coeur de tout vrai Israélite et qui nourrisse sa piété.

Il évoque donc la manne, cette nourriture merveilleuse qui a nourri le peuple d’Israël tout au long se de son errance dans le désert. Quelle qu’elle soit,  cette manne est avant tout le témoignage de la sollicitude du Dieu d’ Israël pour son peuple ; depuis la sortie d’Egypte jusqu’à l’entrée dans la Terre promise, que de merveillles ... avec ce sommet qu’est le don de la Lumière de la Loi dans le cadre grandiose du Sinaï.

Jésus pouvait-il donc faire autre chose qu’évoquer cette Présence constante du Dieu d’Israël pour son peuple en célébrant la Pâque avec ses disciples, à l’aube de sa Résurrection ? Le pain et le vin partagés n’étaient-ils pas, par excellence, le signe de cette Présence, de cette Nouvelle Alliance, définitive, offerte à tous les hommes avides de Dieu ? Pendant trois années Jésus n’a cessé d’évoquer ce message du Dieu vivant ; il se montre attentif à tous par sa parole, par ses gestes  par ce regard porté sur tout qui vient vers lui avec ses peines, ses joies, son attente, sa recherche. Il est le bon pasteur qui veille sur son troupeau, qui connait chacun par son nom  qu’il nourrit de sa parole et de sa présence l « Sur des près d’herbe fraîche il me fait reposer ».
Et continuons à chanter ce psaume de David : « Devant moi tu apprêtes une table ».

Ce qu’a fait Jésus. Si le pain et le vin sont  l’essentiel de notre nourriture, la chair et le sang ne sont-ils pas  l’essentiel de notre personne, de notre vie ? «  Voici la chair de ma chair » dit Adam à Eve, qui la reconnait comme une personne, comme semblable à lui, fait à l’image et à la ressemblance de Dieu, animé par la souffle de Dieu. Un très ancien rituel de baptême dit au catéchumène qui va communier pour la première fois cette phrase riche de sens : «  Reçois ce don de l’Esprit Saint que sont le corps et le sang du Christ ». Nous disons : ‘ Sanctifie ces offrandes en répandant sur elles ton Esprit ‘. L‘Energie divine saisit l’homme tout entier, en  fait un être vivant, lié à la personne de Jésus, à sa Présence, à sa Vie.

Les premiers chrétiens ont bien saisi ce message. Pour évoque la présence du Seigneur, nous disent les Actes des Apôtres, «  ils sont assidus à la prière et à la fraction du pain ».
Ce que nous faisons, nous aussi.

«  Tu nous a choisi pour servir en ta Présence ».

Téléchargez l'homélie en cliquant ici