Congrégation Mariale des Hommes

En 1717, la Congrégation Mariale des Hommes de langue allemande à Strasbourg a commencé sa vie.
Dès le début du XVIIIème siècle, les Pères Jésuites de la Province de Champagne s'établissent à la cour des Frères derrière la Cathédrale Notre-Dame de Strabourg et ouvrent un collège à Strasbourg.
Les meilleurs élèves sont dans la Congrégation Mariale des étudiants ; les instructions et prières se font en français. Mais les citoyens de langue allemande désirent aussi une Congrégation Mariale. Après une quinzaine d'années d'efforts, ils obtiennent gain de cause. Le Recteur des Pères Jésuites, le père Pierre Robinet, désigne le père Joseph Waldner comme directeur de la Congrégation naissante. Les candidats inscrits procèdent à l'élection d'un comité de cinq membres (un Préfet, deux assesseurs, un secrétaire et un trésorier), ainsi qu'à la constitution d'un conseil de douze membres. Ils adressent une pétition de leur groupe en vue de l'érection canonique au Général des Jésuites à Rome. Sa réponse affirmative, datée du 7 avril 1717, arrive à Strasbourg en mai 1717.
L’approbation épiscopale est datée du 20 juin 1717. Elle est signée du Vicaire Général du Diocèse, Louis Philippe d'Anneau de Vizé.

Ainsi naquit à l'époque, la "Congrégation de Messieurs-Citoyens Allemands (de langue) sous le titre de l'Immaculée Conception de Marie", qui est devenue notre Congrégation Mariale des Hommes de Strasbourg.

La Congrégation Mariale est placée sous la tutelle de Monsieur l’archiprêtre de la Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg.

La Congrégation Mariale des Hommes est ouverte à tous ceux qui désirent se mettre sous la garde de Notre-Dame ainsi que leur famille ou leurs activités quotidiennes.

La Congrégation Mariale des Hommes de Strasbourg compte actuellement 132 membres dont 11 prêtres, 3 diacres. Un comité de gestion est constitué comprenant 10 membres.

 

 

congregation_mariale_1.jpg

La statue de Notre Dame

Dès les premières années qui ont suivi sa fondation, la Congrégation s'est dotée d'une statue de la Vierge Marie. D'après les écrits, elle devait être très belle, un objet d'art en quelque sorte, et d'une certaine valeur.

Malheureusement, elle n'a pas survécu aux ravages de la Révolution.
D'abord volée, elle fut ensuite fondue. C'est seulement après un peu plus d'un demi siècle, en l'année 1857, que le Comité décida de s'offrir une nouvelle statue. La réalisation fut alors confiée à monsieur Küschner. Les travaux de dorure à monsieur Ott. Elle fut achevée et livrée en mars (sans doute de l'année suivante). C'est cette statue que la Congrégation honore encore aujourd'hui.

La statue a ensuite été réparée et restaurée, notamment au niveau des dorures, à quatre reprises. Une premièrefois en 1899, une seconde fois en 1934, une troisième fois en 1954 et puis en 1998, par l'atelier Meyer à Koenigshoffen afin de parer la statue au Grand Jubilé de l'an 2000.

Depuis, elle a trouvé sa place en la Cathédrale Notre-Dame, dans la chapelle Saint-André, à côté de l'Horloge astronomique.

 

congregation_mariale_2.jpg


Activités

Messe mensuelle et chapelet à la Cathédrale Notre-Dame (chapelle Saint-Jean ou chapelle Saint-Laurent) ;
Participation aux célébrations mariales à la Cathédrale : Notre-Dame de Lourdes (autours du 11 février), L'Assomption (15 août), L'Immaculée Conception - fête patronale (autours du 8 décembre) ;
Pèlerinage d'un jour, au mois de Mai, dans un Sanctuaire Marial régional ;
Office marial et chapelet chaque jeudi des mois de Mai et d'Octobre (chapelle Saint-Laurent) ;
Messe pour les malades au mois de Juin avec onction des malades ;
Messe pour les défunts de la Congrégation au mois de Novembre.

Aumônier

Monsieur l'abbé Christophe Ribas, curé des paroisses Saint-Ignace et Saint-Christophe de Strasbourg ;

Monsieur l'abbé Jean-Paul Aka Brou, curé de Sainte-Marguerite de Geispolsheim.

 

 

 

Informations de contact

Laurent Huck
5 rue du Chevalier-Robert
67000 Strasbourg
Tél. 00 333 88 41 90 96

laurent.huck@wanadoo.fr